Gestion de classe

Je me suis inspirée du texte de Gaudreau (2020) pour établir ma propre vision de la gestion de classe, adaptée et imagée. La relation est au centre de ma vision de l’enseignement en général et du travail en groupe. J’ai décliné ma vision en reprenant l’idée des « 5 ingrédients » et je précise un élément pour chacun d’eux :

1) LE CŒUR : LES RELATIONS // « CARE » OU PRENDRE SOIN – COLLABORATION – COMMUNICATIONS // ++ le concept de compétence interculturelle me semble particulièrement important dans le cadre d’un enseignement en francisation pour le développement de relations positives (Velázquez Herrera, 2015 ; Huber et
Reynolds, 2014).

2) LE GARDE-MANGER : LES RESSOURCES // TEMPS – ESPACE – MATERIEL – TECHNOLOGIES – RESSOURCES HUMAINES // ++ la question de l’organisation de l’espace m’interpelle, comment concevoir des espaces plus « flexibles » qui favorisent la communication et les échanges ainsi que différentes configurations de travail et de relaxation (en petits et grands groupes, en dyades, en individuel).

3) LE LIVRE DE RECETTES : LES ATTENTES // REGLES – CONSIGNES – ROUTINES // ++ il est important de clarifier les attentes et nos façons de fonctionner, mais aussi le cadre des interactions et les conventions en matière de communication. En ce sens, il me semble à propos d’expliciter les stratégies d’écoute et de prise de parole (MEO, 2008), et il y a un cadre spécial à mettre en place pour les débats et les discussions en lien avec des sujets sensibles (Hirsch, Audet et Turcotte, 2015).

4) L’ASSAISONNEMENT ET LES FINES HERBES : L’ENGAGEMENT // METTRE SON GRAIN DE SEL – ANIMATION ET COORDINATION – MOTIVATION // ++ la motivation est un facteur crucial de la réussite scolaire et la question du faire sens en fait partie. La différenciation participe à susciter l’engagement et à favoriser la motivation de l’apprenant (MEO, 2007).

5) LE PIMENT FORT : COMPORTEMENTS DIFFICILES, CONFLITS ET DIFFICULTES DIVERSES // RESPONSABILISATION – REFERENCEMENT – RESSOURCES COMPLEMENTAIRES // ++ par rapport à la résolution de conflits, La trousse de survie au travail d’équipe (Cégep de Sainte-Foy, 2013) offre des outils pour prévenir et faciliter la résolution de conflits.

Valeurs

JUSTICE SOCIALE (équité et inclusion) : « ne pas oublier le dernier dans le rang[1] », pratiquer la différenciation, être sensible aux besoins particuliers, prendre conscience de mes biais.
BIENVEILLANCE (empathie) : communiquer pacifiquement, être engagée, mettre l’accent sur la relation et sur le climat, et me mettre à la place de l’autre.
CRÉATIVITÉ : créer un espace d’enseignement/apprentissage où il y a de la place pour l’imagination et la poésie, faciliter la résolution de problèmes, jouer et avoir du plaisir.
COHÉRENCE : faire sens, avoir de la rigueur (une main de fer dans un gant de velours), créer des liens entre les savoirs, les sensibilités et la vie en dehors de l’école.

Appuis théoriques et inspirations

J’ai déjà glissé quelques références à même ma vision de gestion de classe (première question), j’ajouterais que mon cadre théorique s’appuie d’abord sur les principes directeurs de l’andragogie (Knowles) et sur une diversité d’approches, qui ont un ancrage dans le socioconstructivisme (Piaget, Vygotsky, Mezirow), dans l’humanisme (Rogers), voire dans les pédagogies radicales (Freire, hooks). D’une part, le socioconstructivisme m’interpelle comme vision dans sa façon de concevoir l’apprenant comme ayant un rôle actif à jouer dans ses apprentissages et par la dimension sociale attestée de l’apprentissage (Legendre, 2008). D’autre part, les pédagogies radicales me semblent être un humanisme teinté d’un idéal de justice sociale (hooks, 1994). Voir les citations ci-dessous qui illustrent mes appuis théoriques. Par ailleurs, pour ce qui est du transfert de la théorie vers la pratique, j’ai un intérêt autant pour l’apprentissage dit par découverte que pour l’enseignement explicite, qui sont généralement opposés, mais que je trouve complémentaires (voir quoi utiliser quand, selon le groupe et le contexte).

« En tant que paradigme épistémologique, le socioconstructivisme conduit à établir d’étroites relations entre le culturel, le social et le cognitif. De même qu’il postule l’indissociabilité du sujet et de l’objet dans l’acte même de connaître, il affirme l’interdépendance des dimensions cognitive et sociale. La première de ces dimensions conduit à envisager toute connaissance comme le produit d’une activité du sujet qui construit sa compréhension du monde à partir de ses propres actions et processus de raisonnement et qui développe sans cesse de nouveaux outils et de nouvelles possibilités d’action au fur et à mesure qu’il accroît cette compréhension (Piaget, 1967). La seconde conduit à considérer toute activité, pratique ou intellectuelle, comme indissociablement cognitive et sociale dans la mesure où elle s’inscrit toujours dans un contexte socialement marqué et dépend d’un ensemble d’outils et d’artefacts fournis par la culture (Vygotski, 1997). Dans cette perspective, le social contribue à structurer le cognitif et le cognitif influe sur le social. » (Legendre, 2008)

« Puisque la grande majorité des étudiant.es apprennent par des pratiques éducatives conservatrices et traditionnelles, et ne se soucient que de la présence de leur enseignant.e, une pédagogie radicale doit insister sur la reconnaissance de la présence de toustes. » (hooks, 1994, p. 13)

« Nous sommes toustes, à l’université et dans la culture en général, appellé.és à renouveler nos intelligences si nous voulons transformer les institutions éducatives – et la société – de façon à ce que la manière que nous vivons, enseignons et travaillons puisse refléter notre joie pour la diversité culturelle, notre passion pour la justice et notre amour de la liberté. » (hooks, 1994, p. 36)

Références

  • Gaudreau, N. (2020). La gestion de l’environnement d’apprentissage. Dans É. Mazalon et M. Dumont, Soutien à la persévérance et à la réussite des jeunes et des adultes en formation professionnelle, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec.
  • Hirsch, S. ; Audet, G. et Turcotte, M. (2015). Aborder les sujets sensibles avec les élèves – guide pédagogique. Montréal, CSMB.
  • hooks, b. (2019/1994). Apprendre à transgresser – L’éducation comme pratique de liberté. Éditions Syllepse et M Éditeur.
  • Huber, J. et Reynolds, C. (Dir.) (2014). Développer la compétence interculturelle par l’éducation : (Série Pestalozzi n° 3). Strasbourg, Conseil de l’Europe.
  • Legendre, M.-F. (2008). Un regard socioconstructiviste sur la participation des savoirs à la construction du lien social. Éducation et francophonie, 36(2), 63‑79. https://doiorg.proxy.bibliotheques.uqam.ca/10.7202/029480ar
  • Lévesque, M. (2013). Trousse de survie au travail d’équipe – Outil pour prévenir et résoudre les conflits qui surgissent lors d’un travail d’équipe. Service du développement pédagogique et institutionnel, Cégep de Sainte-Foy.
  • Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2007). À l’écoute de chaque élève grâce à la différenciation pédagogique. Récupéré de http://www.edu.gov.on.ca/fre/teachers/studentsuccess/a_ecoutepartie1.pdf et http://www.edu.gov.on.ca/fre/teachers/studentsuccess/a_ecoutepartie2.pdf
  • Ministère de l’Éducation de l’Ontario. 2008. Guide d’enseignement efficace de la communication orale, de la maternelle à la 3e année. Toronto, le Ministère, p. 49-71.
  • Velázquez Herrera, A. (2015). Diversité pédagogique et culturelle en classe de FLE : Vers une intégration contextualisée de la compétence interculturelle. Recherches en didactique des langues et des cultures. Les cahiers de l’Acelde, 12(1).
  • Aménagement des espaces éducatifs – Classe de demain. (s.d.). Récupéré de https://www.classede-demain.fr/ [site Web]
  • Les vigies – coopérative à vocation sociale et environnementale. (s. d.). Andragogie: les 6 principes de Knowles illustrés par des exemples concrets de mise en application. Récupéré de https://lesvigies.fr/andragogie-definiton-principes/ [site Web

[1] Je fais référence ici aux paroles de Yolande Vanier, professeur du cours EFA-7800 Environnement social, scolaire et éducatif de la formation des adultes au Québec. Madame Vanier nous rappelait toujours que notre enseignement doit s’adresser à tous, y compris à ceux qui sont dans le fond de la classe et qui essayent de passer inaperçu.

pré[textes] artistiques et autres produits dérivés poétiques