Vert-de-gris

Chantal Bergeron. « Vert-de-gris », CODE COLIBRI

carte_vertdegris

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/82199677″ params= » » width= » 100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Ça commence par de la moisissure
Qui s’installe – qui se propage
Des métastases sur une boule en miroir
Ton ciel gangrené
Ton plafond qui tombe sur ta tête
Tous les plafonds qui tombent
En même temps!

D’abord
L’homme avec des hanches de femme
marche nus pieds dans le sable.
Tsé celui qui donne des frissons. Le mASSter du flamenco. « Maître », c’est un peu fort comme mot, non? Ça fait penser à un dieu. Le DIEU du flamenco. L’élu, celui qui aime pluss les objets que les personnes. Aime pluss les bagues. Des diamants gros comme des grenades. Aime les faux ongles. Rouges. Qui prolongent ses doigts à l’infini. Il est là. La mâchoire cherrée. Un cheval qui glisse sur l’Apocalypse, qui galope sur l’ambiguïté. Le manteau macho enlevé. MaquilléE comme une catin. Avec du rouge à lèvres sur les dents. Des bagues comme des grenades. En stand by. Attendant. Attendant le miracle. Drag dancing queen en stand by. Attendant. Attendant, dansant tout le temps… avant de mourir.

reBUTER Pendant ce temps on vend des masques à gaz pour les animaux domestiques. La fin du monde est un modèle d’affaires payant pis c’est starté officiellement depuis le 21 mai dernier. La bible vous le garantit c’est jour de jugement dernier. C’est garanti des millions de personnes vont disparaître dans d’atroces douleurs. Alors attendons un peu avant de faire des enfants ou d’en adopter. [Silence.] Attendons et construisons des bunkers souterrains. Munissons-nous de bouteilles d’eau et de conserves. Les gourous inspirés et les petits pois nous sauverons. Les petits pois et les gourous. C’est garanti!

Stand by grenade
Le tambour est cassé
Le band métal fait d’la distorsion
Les tympans claquent
De toutes façons, à quoi ça sert des oreilles quand t’es mort?

Tu commences à trembler par en dedans
Pis c’est là qu’la vieille commence à chanter
A s’lamente
C’est pire qu’la distorsion
C’est la terre qui commence trembler
Des millions de personnes vont mourir
En attendant, le cash coule à flot chez Family Radio
80 millions de dollars américains
C’est garanti!

En faisant l’autopsie, on trouvera des psaumes de Saint Jean en travers d’la gorge des cadavres.

BAM! BAM! T’es mort!

i-BERNER Numérique. Être numériques. Des 0 et des 1. C’est moins dangereux, non? Moins dangereux de développer des allergies. Moins dangereux de se noyer de l’intérieur. Des 0 et des 1. Des signes. Des dessins. Des pixels. Des 0 et des 1. Des 0 pis des 1 avec des désirs quand même et des hésitations. Des désirs d’ailleurs et d’ici. Des urgences aériennes, des contradictions géographiques. Des distances arpentées en un clic, ravalées. Des 0 et des 1 c’est bon, mais c’est pas toi LÀ. TA présence. Va et vient répété pour voir le jardin fleurir et toucher. Rire avec ton rire qui résonne dans la pièce et non dans l’amplificateur bidon intégré au portable. Mettre les doigts dans la terre, dans tes cheveux, tombés. Ça m’étouffe ton cancer et pourtant c’est toi qui meurt, non? [Silence.] Si c’est la fin du monde, ça ne fait aucun sens d’être si loin de chez soi. Si c’est la fin de TON monde, je dois être là. Il n’y a que toi qui meurs au final et tout est dépeuplé. Et si ce n’est pas la fin ce 31 décembre prochain, que ce soit la révolution et qu’elle soit intranquille. Que tout le monde envahisse la place publique comme en Espagne. Avec nos bottes, nos parapluies et nos cris. Garanti, si ce n’est pas fini, c’est que c’est le début. Alors je me lèverai debout. J’attends un peu, VOIR, devant l’écran que je caresse. À la prochaine pub, j’y vais. Et si je ne meurs pas, je ferai le choix de vivre. Je décide que OUI! Clic! Je google un peu en attendant. Je google mon nom.

BUTER [avec le ton de la confidence] Faut dire qu’l’Apocalypse est déjà commencée. Yalda Younes peut vous en parler… Yalda Younes est une danseuse d’origine libanaise. Le messie flashdance. Elle tape du pied et elle dit NON! Attendant le miracle sous les rafales flamboyantes de mitraillettes, AK-47. Stand by. Avec la peur de décevoir plus forte que la peur de mourir. Elle qui n’aime pas les rires mal placés. [Silence.] Elle danse avec le bruit des balles en arrière-son, une cacophonie hécatombe. Frappes de pieds et projectiles se confondent. Tout le corps en colère. Attendant le miracle. Sous la pluie continue. Rafale de gouttelettes, cartouches de plomb. Des tonnes de pluie, de l’eau sans fin qu’on songe à reconstruire l’arche de Noé. Pis on entasse les sacs de sable en attendant. Et on danse avec des bottes de caoutchouc trouées. Et le niveau d’eau monte. Le niveau amer. Toute une vie délavée, lessivée, des fondations qui s’effritent – l’érosion – les moisissures. NON! C’est assez. Les champignons, le squelette nu de nos maisons. Plus de maison. Qu’un territoire inondable. La peau en colère, ratatinée. NON! Reste plus qu’à envoyer un texto avec des photos. Le drame posté sur facebook. La guerre craint. Champs/(chant) de mines. Cassés. Ton crâne nu. Cancer. Quand.

Ça commence par de la moisissure
Qui s’installe – qui se propage
Des métastases sur une boule en miroir
Ton ciel gangrené
Ton plafond qui tombe sur ma tête
Tous les plafonds qui tombent
En même temps!

MORT
Il n’y aura pas de deuil. Parce tout le monde sera mort. On finira la danse dans nos cercueils. En tapant ENCORE du pied et en frappant des mains. Vivants dans nos cercueils fabriqués de nos mains. Requiem des respires. Nos mains, percussives. Et puis, plus rien.

fin

Un commentaire sur “Vert-de-gris”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *