Un bourgeon su’ l’bout d’la langue [9]

Chantal Bergeron. « Un bourgeon su’ l’bout d’la langue », LA SALAMANDRE TURQUOISE
09 –CON TODA PALABRA 
(Lhasa de Sela)
Con toda palabra
Con toda sonrisa
Con toda mirada
Con toda caricia /

Me acerco al agua
Bebiendo tu beso
La luz de tu cara
La luz de tu cuerpo

2013-01-24-09.43.13_web
Adam regarde immodérément Quenouille, qui, elle, observe avec manie M***. Il aurait bien aimé marcher main dans la main avec celle-ci plutôt qu’avec celui-là, il aurait préféré qu’ELLE se lève pour le shake-hand de secours. Mais passons. Pour infiltrer le champ de vision de la murène insaisissable et ainsi avoir, peut-être, la chance de voler (haut les mains! This is an hearth robbery!) une œillade, l’amoureux des salamandres se rapproche de son rival mondain. De fait, M*** est déguisé en courtisan. Façon très XVIIe, il est habillé tape-à-l’œil avec moult plumes et pierreries. Il croit que l’habit fait le moine, quoiqu’il n’ait rien de très monastique. Et il parle bla-bla-bla sans s’arrêter bla-bla-bla, d’une manière étourdissante.

M***

Elle te plaît, c’est clair, mais c’est qu’il te faudra pluss que cette mine dans ton crayon pour impressionner Anna, qui est à moi. Moi! Moi! Moi! Elle ne se possède plus. Visiblement, elle t’a piqué aussi. Hélas, tu te pâmes, tandis qu’elle n’aime que moi. Moi! Moi! Moi! Eh oui, toujours la même histoire. L’amour, la mort, sa mort. Des dosages divers selon le moment, cette fois-ci un peu plus d’amour, cette fois-là un peu plus de mort. L’absence de sens! L’isolement, le doute. Le doute maudit qui ne nous quitte, jamais. Des versions multipliées d’une histoire unique, sans fin. Peut-être. Mille petites sirènes délaissées, Mme de Tourvel, Bovary, Donalda et cie. Est-ce bien nécessaire de sacrifier celle-ci aussi? Qu’est-ce qui est vraiment personnel dans tout ça? Qui décide de quoi, contrôle quoi que ce soit?

ADAM

La ponctuation! La ponctuation nous appartient.

M***

Ah! La ponctuation! Les soupirs, l’attente des points de suspension. Extase et colère, qui se détendent dans l’exclamatif. La dictature du point final, son absolu, son illusion de fermeture définitive et de non-retour. Ah bon, eh oui, les virgules du style. Je ne veux pas d’elles comme bouées. Pas même comme amoureuse. J’ai été insouciant. Je l’ai laissée s’approcher, mais sans jamais vraiment ouvrir la porte. C’est que je la garde à distance. Tout l’monde a droit à son jardin secret, non? Et puis, je ne veux pas m’engager, ce que je veux, c’est ma liberté. Je me suis assoupi près d’elle par intérêt, parce que tout l’monde l’aimait, mais je ne vois plus, déjà, ce qu’elle a tant à m’apporter.

ADAM

T’as peur de quoi? Tu caches quoi? A sait déjà qu’t’es comme tout l’monde, qu’t’es vulnérable.

M***

Anyway, est-ce qu’elle-même s’intéresserait à moi bien bien longtemps? Est-ce que je suis ASSEZ pour elle? Assez drôle? Assez bon amant? Assez intelligent?

ADAM

D’après toi, si la fille a l’choix entre un beau trou d’cul pis un bon gars, c’est qui qu’a choisit?

M***

Le trou d’cul bien sûr. Moi! Moi! Moi!

Quenouille arrive sur l’entrefaite et prend la main d’Adam, la regarde, la caresse.

QUENOUILLE

Cette main m’a beaucoup touchée. Je suis tentée d’y lire les lignes, les nervures.

M***

Niaiseries! Les diseuses de bonne aventure, toutes des charlatans, des Charlotte-ânes.

Il retire la main d’Anna de celle d’Adam et l’attire vers lui comme un trophée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *