Tatouage collectif – vers 185

Nouvelle soeur de peau nomade globale, mais tatouée à Montréal par Maika Houde.
Anick-Marie Bouchard [no185 – mon corps est un dernier réseau de tics amoureux]

AMB_7774_web

Le tatouage a été réalisé sur une côte qui fut brisée lors de mon dernier périple à vélo, une chute dans la ville d’Aqtobe au Kazakhstan. L’idée de le faire à cet endroit m’a été donnée par un ami qui me faisait remarquer que mon dernier tatouage à la main avait été fait suite à un accident de motoneige, et que les tatouages pouvaient faire office de réparation, d’aide à la guérison et au renforcement. Ça m’a fait penser à un côté « bionique » du tatouage comme ajout au corps. Déjà le vers me faisait penser à la réseautique, à l’électronique, les tics étant des impulsions binaires, des tressaillements en réseau dans mon corps de machine hautement sophistiqué. Il en aura connu des tics, des impulsions, des envoûtements et des orgasmes, ce corps et ce cœur d’artichaut. Je disais, à l’époque de réserver ce vers, que mon corps était une machine à aimer. Tout est en place. Le courant passe. Je suis maintenant moi, seulement une version supérieure avec des bugs bien réglés, et je marche en avant, à l’amour…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *