Cartes postales racontées et autres correspondances

IDÉE DE DÉPART

Anthony, école Marie-Rivier (3e année)

Établir un concept de carte ou de carte postale en groupe à l’aide d’un grand remue-méninge. Vous inspirer des dessins de Jean Cocteau, des poèmes-enveloppes d’Émily Dickinson, de Particules mélancoliques de Simon Poirier, des correspondances de gens connus et d’inconnus, d’exemples de cartes postales existantes et anciennes et d’affiches poétiques. Le groupe devra donc concevoir à la fois un visuel et un texte, à mettre en relation. Des éléments de ce tableau pinterest pourraient aussi vous inspirer.

Le principe même de la correspondance est de mettre en lien. D’établir un pont ou de l’entretenir. À qui écrit-on? Pour quelle raison? Vous trouverez ici, une activité de correspondance clé en main, qui était destinée aux élèves de niveau primaire du quartier de Saint-Michel . Dans cette activités, 2 pré[textes] d’écriture mettent l’accent sur l’environnement immédiat du participant, ce qu’il connaît-aime de son quartier dans le présent et comment il se projette dans le futur de son quartier. L’écriture est ici associée à la construction même des espaces et des identités. L’espace agit sur moi, j’agis sur l’espace.

INSPIRATIONS

Madame Desaulniers du Crdv50+

La série de poèmes-enveloppes magnifiques d’Emily Dickinson se retrouve dans le livre de The Gorgeous Nothings: Emily Dickinson’s Envelope Poems. Ces poèmes sont intéressants sur le plan graphique et textuel. L’auteure, non seulement récupère les enveloppes de ses correspondances pour leur donner une seconde vie, mais s’amuse avec le format particulier de l’enveloppe (rectangulaire avec un rabat triangulaire). Un article du The New York Times sur le sujet explique comment la pratique de l’auteure semblait être une manière d’éviter la page blanche et d’associer sa voix à celle déjà inscrite dans la correspondance papier. Une écriture par fragments sur du papier vivant.

Dans mon travail, en tant qu’écrivain, je me contente de photographier avec les mots ce que je vois. Si j’écris sur le « sadisme », c’est parce qu’il existe, je ne l’ai pas inventé, et si des actes atroces sont commis dans mon oeuvre, c’est parce qu’ils se produisent dans nos vies. Je ne suis pas du côté du mal, à supposer qu’une telle chose soit répandue. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui se passe dans ce que j’écris, de même que je ne me traîne pas dans la boue par plaisir. Par ailleurs, il me paraît curieux que les gens qui déblatèrent contre mon travail semblent sauter les passages contenant de la joie, de l’amour et de l’espoir, car ces passages sont bel et bien là.
– Charles Bukowski à Hans Van Den Broek, Au bonheur des lettres

QUESTIONS

  • À quoi servent les correspondances?
  • Pourquoi écrire des lettres à des gens qui habitent ailleurs quand le courriel existe?
  • Qu’est-ce que l’art postal?
  • Quel modèle de carte veut-on (couleurs, matériaux, textures)?
  • Est-ce que notre visuel sera un dessin, une photo, une image libre de droit?
  • Veut-on utiliser le collage, l’écriture manuscrite, une vieille machine à écrire ou des polices de caractère sur ordinateur?
  • Veut-on faire nos propres cartes (quel modèle) ou travailler à partir d’un dessin ou d’une carte « à compléter »?
  • Est-ce que quelqu’un connaît un logiciel-images et peut nous bricoler une carte postale collective à partir de nos idées?
  • Veux-ton écrire notre message individuellement ou en groupe?
  • Ce que j’aimerais connaître de nos correspondants et ce que je peux dire de moi-même?
  • Est-ce que nous aimerions nous rencontrer pour échanger nos cartes?

VIDÉO

Découvrez ici une enseignante de Rimouski qui utilise toujours la poste!