Les ateliers de François Bon

Les ateliers de François Bon sur tiers livre – en cours (collectif)

Non seulement le site est un labyrinthe de trésors, mais le thème de l’atelier d’été 2018 était « construire une ville avec des mots ». Plus de 100 contributeurs ont participé au projet! Ainsi s’échafaudaient, en parallèle et au fil des propositions d’écriture, des mondes qui se répondaient. J’aimais faire des allers-retours entre mon projet de ruelles et cette ville tentaculaire. J’aimais passer de l’écriture à la lecture et vice versa. J’aimais découvrir ou redécouvrir des auteurs à travers les propositions de lectures de François Bon, qui s’intéresse à la ville depuis longtemps et qui nous la fait (re)découvrir en (re)lisant Perec, Sarraute, Calvino, Michaux… Qui nous la fait redécouvrir en nous amenant à revenir en arrière, à regarder de tous les côtés, avec tous les sens, par jour de pluie, dans le mouvement et dans l’attente, en observant les silhouettes qui passent et même en bégayant! On peut se promener aléatoirement d’un auteur à l’autre avec le lien « découvrir un autre auteur ». Une façon de dériver en lectures et de laisser le hasard nous faire retrouver des auteurs déjà appréciés, découvrir quelqu’un qui partage le même amour des quenouilles ou apprécier la poésie des images d’une ville lointaine qu’on a l’impression de porter en soi.

Réfléchir d’abord à là où on est immobile, même provisoirement, même un instant, mais de façon répétitive dans le quotidien, pour regarder la ville : devant une fenêtre, à l’arrêt de bus, à un feu rouge, sur un banc, ou là où on prend le pain, à la caisse d’un supermarché… C’est une suite d’endroits où on attend brièvement, même quelques dizaines de secondes, pourvu que répétées presque au quotidien : il suffit de penser à ce qui revient régulièrement au fil des jours s’immobiliser à un endroit précis pour déceler ces points d’arrêt même très fugaces, pour qu’apparaisse son territoire personnel dans la ville, et un nouveau portrait de cette ville.
– Bon,Tous les mots sont adultes, p.64