La main à la pâte et poésie on the side…

Je suis en train de lire Testament de Vickie Gendreau. Tu te dis que je suis en retard dans mes lectures. Ben oui, je suis en retard d’un an. Chu en retard pis j’ai mal au ventre et aux poumons. Est-ce ma fibre hypocondriaque qui me rappelle le goût de ma propre mort, ma propre finalité? Est-ce l’empathie littéraire? Est-ce le fait de savoir que Vickie Gendreau n’est plus?

Tout est impératif maintenant dans ma vie. C’est probablement la dernière peine d’amour que je vis. Ça fait mal les dernières fois, c’est vulgaire la vie. J’aimerais au moins pouvoir chiller pendant quelques semaines dans la bibliothèque avec Genet et Guyotat. Je ne vous casserai pas trop les oreilles. Mes histoires ne fonctionnent jamais C’est pour ça que j’aime la poésie, c’est toujours infini. Les gens qui finissent leurs poèmes par un point, je m’en méfie.

Ça sent l’autofiction, mais tout le monde fait de l’autofiction. Chacun ne parle que de soi au final et de l’autour de soi. Même Tolkien dans le Seigneurs des Anneaux avec sa phrase célèbre : « Bilbo le Hobbit, c’est moi. » On parle de notre passé et de ce qui s’en vient. Des prophéties-trash-égocentriques-d’humains-craquelés. Parce qu’il n’y a qu’une seule issue pour tous et que la tragédie est ambiante et spectacle. C’est pour ça que les gens vont à Lac Mégantic et qu’ils s’arrêtent au dépanneur pour demander au commis : « c’est où le meilleur point de vue pour observer la zone rouge? » La tragédie est ambiante et spectacle.

Je me promène et je vois un oisillon tombé de son nid qui se fait bouffer par une centaine de mouches – une fenêtre ouverte avec un mur tapissé de femmes nues. À la radio on annonce qu’une femme de 67 ans s’est fait battre à mort sur la rue Saint-Laurent par un homme à qui on venait de refuser l’accès dans un bar. Ça goûte la nicotine dans ma bouche pis je fume pus depuis 5 ans. La gorge nouée.

****************************

2013-07-12-12.52.04_webmaquette de Charles-Hugo Duhamel

Sur une note plus joyeuse, toujours dans le cadre du projet de médiation de LA FALLA 2013, nous avons commencé à mettre la main à la pâte (à la colle!) avec nos participants de 3 HLM. Nous avons modelé des motifs de bas-reliefs pour orner les panneaux de nos lanternes et recouvert le tout de papier falla. D’un HLM à l’autre les projets sont différents et se personnalisent. Les participants de Des Carriers font des soleils haïtiens. Élucille – Marie-Vénus – Emma – monsieur Coulanges – Maude… les humains se multiplient à chaque séance.

Fanal
Ti-moun se promène nus pieds avec son fanal
ses fanaux
comme une veillée aux chandelles
une procession ludique
un chemin écho tracé de soleils-soirées
une guirlande de maisons de soie
des frères arc-en-ciel : blanc, jaune, noir, rouge
qui éclairent une nuit noire de lune ronde
une nuit chaude
pour écrire des phares-acrostiches
à la lueur de réverbères de papier
à la lumière de feux d’artifices
des bougies baleines
qui remplacent l’électricité
verre d’étoile orangée
fermer les yeux
le mot « soleil » chuchoté

Les participantes de Laure-Conan ont travaillé à partir de moules. Annette nous a raconté comment elle avait appris à faire des sucres d’orge à seize ans avec l’aide d’une soeur. Cette même soeur lui a légué sur son lit de mort ses moules en métal et un livre de recettes. Des recettes patrimoniales de beignes, de sirop contre la grippe, de ketchup de fruits. Un livre magnifique aux pages jaunies écrit à la main, à plusieurs mains. Avec une Sainte Vierge en couverture, plastifiée avec des coutures. Un trésor de souvenirs et d’émotions.

Enfin, à Emmaüs, les motifs étaient variés : arbre – pizza – capteur de rêves – visage. C’est beau de voir comment les gens qui terminent en premier donnent un coup de main à ceux qui sont plus lents, moins habiles ou qui ont des projets plus ambitieux. Ainsi on s’assure que le travail de tous est terminé à temps à l’aide d’une sympathique solidarité.

2013-07-24-12.47.40_webDu côté des chapiteaux, les structures avancent, les personnages se multiplient aussi et les canards passent aux pinceaux. Le tout est INCROYABLEMENT beau et les gens s’investissent tellement dans le boulot qu’il y a fort à parier qu’ils ne voient même plus l’étendue de la beauté et du travail générés. Les professionnels et les falleros se concentrent sur tout ce qu’il reste encore à faire. Le temps commence à être moins présent. L’embrasement c’est pratiquement demain! Serez-vous avec nous pour les journées du 15-16-17 août? Programmation disponible sur le site de la TOHU et sur la page facebook de LA FALLA 2013. Fête au village le jeudi 15 août – Soirée urbaine métissée le vendredi 16 août – Clotûre de LA FALLA le samedi 17 août à partir de 17 heure.

La semaine prochaine je vous raconte le mythe de la création du monde selon les Hurons-Wendat qui est à l’origine de la thématique de LA FALLA de cette année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *