Journée de marde, fin de semaine de miel…

Quelle semaine étrange! C’était le festival des montagnes russes émotionnelles. Avec la grisaille – les brumes charriées par la Charte de la laïcité – ma cheville enflée. Parce que mardi je traînais le motton. Le genre de peine qui est un mélange de nostalgie, de fatigue et de découragement-passager-face-à-l’espèce-humaine-en-général. J’étais dans un café. Je finissais de lire un courriel qui me foutait encore plus le cafard et je me suis dis, ça suffit, je retourne à la maison m’enrouler sur mon divan dans une grosse couverte épaisse. Je me lève et comme ça faisait un bon moment que j’avais la jambe croisée, je réalise que ma jambe droite est complètement engourdie et qu’elle ne supporte juste pas mon poids. Je me suis étalée de tout mon long en plein milieu du café. Ce genre de matin-là, de jour de marde-là. Deux hommes sont venus me relever ou plutôt, me rassoir sur une chaise, parce que je ne sentais toujours pas cette jambe sur laquelle j’avais mis tout mon poids. Ils sont repartis aussi vite qu’ils sont arrivés. Et moi j’essayais de leur expliquer que je ne sentais toujours pas ma jambe. Et l’un des deux hommes m’a dit d’attendre, de me reposer, que ma jambe allait revenir. Et j’étais seule au milieu de gens qui continuaient de siroter leur café comme si de rien n’était. Et j’étais sous le choc, alors je me suis mise à avoir des sueurs froides et à trembler et je croyais que j’allais m’évanouir. Et je me disais : « si je tombe de nouveau, est-ce que quelqu’un va me ramasser? » J’étais loin d’en être certaine. Alors je me concentrais sur ma respiration et j’avais une très très grande envie de pleurer. Je suis restée là sur ma chaise à avoir un peu peur de me relever parce que j’avais les oreilles qui bourdonnaient et ce sentiment que l’on a avant de tomber dans les pommes, de n’être pas tout à fait présente et que le sol se dérobe tranquillement sous nos pieds. J’ai attendu. J’ai bu un verre d’eau que la serveuse m’a apporté au bout d’une quinzaine de minutes. Je me suis dit que je devrais trouver un autre café où travailler. C’est vrai que je suis un peu comme un chien dans un jeu de quilles dans ce café où il y a des machines vidéo-poker occupées dès 9 heures le matin. Mais nous sommes tous humains, non?

Une fois partie, j’ai boité toute la journée sur une patte qui ne collaborait qu’à moitié. J’avais des échéanciers à rencontrer et un bébé à aller chercher à la garderie. Le bébé en question commence à marcher, à courir même. Elle n’apprécie plus trop d’être dans sa poussette parce que c’est beaucoup plus amusant d’explorer le monde debout. Bien sûr, je n’étais pas trop équipée pour courir derrière un bébé et j’ai installé hibou dans sa poussette et elle pleurait pour en sortir et c’était comme ça pendant tout le trajet d’autobus. Avec bébé qui pleure et les gens de l’autobus qui me regardaient l’air de dire : « faites quelque chose madame, votre bébé pleure. » Et moi qui avais encore une fois le goût de pleurer et de prendre un porte-voix pour crier : « elle veut marcher et pis, non, je peux pas la sortir de sa poussette dans l’autobus et pis j’ai eu une journée de marde et pis j’ai la cheville grosse comme un melon et pis si vous continuer de me regarder de même, comme si vous aviez jamais entendu un bébé pleurer… je vais vomir. »

Heureusement, tantie est venue m’aider avec le souper et le bain et du rhum&coke bu dans des pots Masson. Pour ceux qui veulent savoir, tantie, c’est pas ma soeur. C’est comme ma soeur, mais c’est pas ma soeur, mais c’est la tantie de bébé-hibou quand même. Me semble que c’est pas si compliqué à comprendre. Le genre de concept famille élargie. Parce que les liens naissent pas toujours aux endroits prévus. Pis que c’est vrai que ça prend un village pour élever un enfant. Surtout quand t’es monoparentale, pis que des fois, t’as le pied comme le coeur, c’est-à-dire, un peu à l’envers.

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. – Marie Curie

Je ne sais pas de quoi nous avons tant peur? Je ne comprends pas cette « menace » qui, dit-on, plane sur notre identité? Je suis entourée de gens qui viennent d’ailleurs et à leur contact, je ne me suis jamais perdue, bien au contraire. Je ne suis pas devenue musulmane, malgré toutes les discussions sur l’Islam avec Hamed. Je demeure encore et toujours athée. La religion n’est pas trop mon bag, pour toutes sortes de raisons, mais principalement à cause de ce qu’en font les institutions religieuses et aussi, parce que je suis le produit d’un contexte social où la religion a été évacuée après avoir été castrante pendant des années. Mais je ne crois pas que l’intégration est possible lorsqu’on dicte nos valeurs sans s’intéresser à celles des autres. Et honnêtement, à travers toutes les discussions avec Hamed, si j’ai appris une chose, c’est que nous ne sommes pas si différents, parce que, chacun à notre façon et avec des moyens différents, nous essayons, surtout, de trouver du sens à ce monde vraiment complexe. Ce que j’entendais dans les mots d’Hamed, c’est le réconfort et l’espoir à travers la prière, la force de continuer d’avancer dans un monde absolument injuste et inéquitable. Et ça c’est très beau.

Par ailleurs, il faut vraiment arrêter de dire comment c’est don’ important pour nous l’égalité entre les hommes et les femmes. Pas que ce ne le soit pas, mais come on, je l’ai déjà dit ici, les femmes immigrantes mettent 20 ans à acquérir les mêmes conditions de travail que les femmes nées ici. Et là je pourrais vraiment facilement en rajouter une couche en vous rappelant que les femmes nées ici n’ont pas les mêmes conditions salariales que les hommes! Alors, ça vous paraît pas évident à vous que le meilleur moyen de transmettre des valeurs et de convaincre les nouveaux arrivants d’y adhérer c’est sûrement des les mettre en pratique et d’être cohérents avec ces dernières. Le jour où nous déciderons d’offrir de bonnes conditions de travail aux gens que nous accueillons, je crois nous aurons déjà fait un pas vers un véritable « vivre-ensemble ». Est-ce que cela nous amènera à changer? Très certainement. Mais le monde change, non? Et nous demeurons tous humains, non? Et la diversité c’est magnifique!

*************************

hibou_webSur une note plus joyeuse, un article de Sophie Allard sur le projet de tatouage poétique LA MARCHE À L’AMOUR est paru samedi le 14 septembre sur La Presse+. Depuis, des participantes ET participants se manifestent pour prendre part au projet. Ça fait vraiment chaud au coeur de voir le poème de Miron prendre vie sur la peau de gens de tous âges, hommes et femmes. En espérant pouvoir me lier poétiquement pour la vie à encore plus de gens, d’horizons divers. Et attendant, je vous montre, en primeur, mon tatouage (dessiné par Jean-Christophe Diehl) auquel j’intégrerai les mots de Miron. Puisque, très ironiquement, je suis tombée enceinte au moment de mettre le projet LA MARCHE À L’AMOUR en ligne et que je ne pouvais me faire tatouer avant que bébé soit sevré. Au plaisir de vous montrer mon tatouage en vrai très bientôt. À suivre…

3 commentaires sur “Journée de marde, fin de semaine de miel…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *