FALLA 2013, la suite en sueurs…

2013-07-18-12.47.31_webToujours dans le cadre du volet médiation de la FALLA 2013, nous avons eu la chance de visiter les HLM avec la poète autochtone Joséphine Bacon. Joséphine (Bibitte pour les intimes!) a été généreuse en anecdotes. Son parcours de vie l’a amenée de Pessamit à Mani-Utenam, puis à Québec et à Montréal. Elle nous a parlé du mode de vie des Innus avant et après les pensionnats. De vie nomade, de portage et de canots d’écorce. Des tourbières et de gelée de chicoutais. De l’étendue du territoire. De tentes qui tremblent. Des animaux à fourrures, des animaux qui volent et des animaux aquatiques. Elle nous a raconté la création du monde selon les Innus et l’histoire de chasse des oiseaux d’été. À travers ça, quelques poèmes dit comme des prières et des échanges interculturels sur la langue créole, sur l’immigration et sur le bouddhisme. Riche semaine. Les aînés-lumières ont commencé à jeter de l’encre sur le papier, un remue-méninges poétique avec des perles comme : « verre d’étoile orangée », « le coeur qui bat brisé, n’importe quoi », « âme nouvelle – feux follets », « tout noir, plus sombre la terreur », « éclaire la vie, la terre, l’amour », « les flammes qui dansent ». La semaine prochaine nous mettrons la main à la pâte. Nous commençons le modelage des bas-reliefs et la peinture d’écriture sur nos tissus.

2013-07-18-13.10.22_webPendant ce temps, sous les chapiteaux il faisait très chaud. Malgré la température et les pluies violentes qui ont débordé dans les tentes et qui se sont attaquées aux couleurs éclatantes de Camille; le travail continue. La tortue a revêtu sa robe verte – un groupe de jeunes autochtones du Centre d’amitié est venu porter main forte aux falleros et s’est affairé à peindre les vagues et des canards se sont faits clouer le bec à la perceuse par Mélissa. Parmi ces abeilles, je vous présente Jenny, notre seule et unique fallera dans un groupe de 7 falleros. Jenny manie les outils aussi bien que ses collègues masculins et comme elle le dit elle-même, elle n’a pas besoin qu’on lui coupe son bois!

Véritable travail collectif, vous voyez ci-dessous MES magnifiques fleurs. J’ai travaillé à la construction de ces fleurs avec l’aide du grand manitou, Charles-Hugo Duhamel. Après avoir assemblé une première fleur de bois et de carton, nous avons apporté les ajustements nécessaires et avons produit deux autres fleurs similaires avec l’aide de Marie-France. Marie-France a ensuite pris le relais pour l’application du papier falla avec, notamment, Claudia. Un enduit de plâtre a ensuite été ajouté, par Dave, si je ne m’abuse et après le sablage, Camille est venue finaliser ces belles hémérocalles en apposant les couleurs à l’aérographe. Comme je le disais, une véritable oeuvre collective où les fleurs (et tout le reste de la structure-sculpture éphémère) sont le travail de tous et chacun. Mes fleurs en même temps que les fleurs de Charles-Hugo, de Marie-France, de Claudia, de Dave, de Camille et de toutes ces personnes (professionnels, falleros, bénévoles) qui participent à ce projet de médiation plus grand que nature.

2013-07-15-12.47.56_web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *