Aujourd’hui j’ai tué un oiseau

Aujourd’hui j’ai tué un oiseau. Je revenais d’aller porter la petite à la garderie et en me stationnant j’ai entrevu un pigeon, puis, plus de pigeon. J’ai reculé et voilà l’oiseau qui était devant mon pare-choc à battre des ailes sans pouvoir s’envoler. Après un moment à dialoguer avec le pigeon pour le convaincre de partir, je suis allée me stationner ailleurs. Je suis ensuite revenue vers l’oiseau pour essayer de l’aider et bien sûr, j’étais plus une nuisance qu’une aide. Le pigeon redoublait de battements d’ailes pour essayer de s’éloigner de moi, nerveux à mort et incapable de s’enfuir. Il arrivait à se soulever du sol, mais retombait aussitôt. Alors j’ai appelé AnnieC en panique pour savoir qu’est-ce qu’on fait avec un oiseau blessé. Elle cherchait le numéro de SOS-l’aile à plat, tandis que je surveillais le pigeon de mon balcon, inquiète de voir le chat du voisin qui commençait à rôder autour. J’ai réussi à rejoindre quelqu’un qui m’a dit que personne ne pouvait se déplacer pour venir chercher l’oiseau, mais que je pouvais le mettre dans un sac de plastique et l’apporter à la SPCA. Honnêtement, je me voyais mal conduire avec un oiseau dans un sac sur le siège passager. J’avais cette image d’oiseau qui bat des ailes dans l’habitable de l’auto (pas la mienne) tandis que j’essaie de me protéger les yeux des coups de bec et de griffes. Elle m’a alors suggéré d’aller porter l’oiseau dans un parc. Elle disait : « si l’oiseau arrive à voler, ce n’est probablement qu’un problème neurologique. » Autrement dit, l’oiseau est sonné, s’il arrive à se calmer et à se reposer il pourra sans doute s’envoler de nouveau d’ici quelques heures, si le chat ne le mange pas d’ici là. Je suis donc partie avec une serviette de bain, j’ai fait « ouich-ouich » au chat et j’ai pris l’oiseau tout contre moi. Il était nerveux (quins!) et battait si fort des ailes qu’il s’est échappé et est tombé par terre. Mmmm pas sûre que c’est bon pour ta neurologie de faire une chute de cinq pieds. Je lui ai trouvé un coin tranquille dans la parc. Il s’est mis à voler plus haut que je ne l’avais jamais vu voler et puis il a piqué du nez et et venu s’écraser la tête dans le gazon. J’ai alors décidé de retourner chez moi pour le laisser se reposer.

Lorsque je suis revenue, l’oiseau était toujours dans la même position, raide mort avec des mouches. Comme quoi, lorsqu’on veut aider, parfois on fait plus de tort que de bien. #mavieestunfilm

****************************************

2013-08-16-17.07.25web

C’était la fin des ateliers cette semaine. Nous avons sablé nos bas-reliefs, avons mis une couche d’apprêt et avons ensuite mis des couleurs qui ont donné vie à nos lanternes. Nous avons eu la visite de Franz Benjamin et d’Anie Samson, respectivement conseiller municipal et mairesse de l’arrondissement, dans deux HLM. Nous avons investi les tissus d’écritures et de peinture. Nous avons terminé l’assemblage des lanternes à l’atelier de la TOHU. Nous avons fait le montage de l’exposition avec cartels, photos, lumières, bande-son. À minuit moins une nous étions prêts pour le vernissage. Plusieurs aînés se sont déplacés pour voir le diaporama de Patricia, qui récapitulait cette belle aventure de 5 semaines. Chacun est allé mettre son souhait dans le personnage-jumeau de la sculpture-structure qui brûlera demain, le 17 août. Nous avons mangé des biscuits et pris un thé ensemble. Les gens sont venus me parler. Quelqu’un m’a dit : « je vous remercierai jamais assez. Moi je suis bonne avec les enfants, mais je suis pas ben bonne avec les adultes d’habitude ». Quelqu’un m’a dit : « j’étais pas trop certaine au début quand vous êtes arrivée, mais c’est très beau ce qu’on a fait ». Quelqu’un m’a dit : « il faut revenir faire des activités avec nous autres l’an prochain ». Quelqu’un m’a dit : « notre groupe est plus fort à cause d’activités comme ça ». Quelqu’un m’a dit : « je sais pas si je serai là l’an prochain. J’ai des problèmes de coeur, de cholestérol. Il y a des risques que je fasse un ACV. »

Comme je l’ai dit aux participants, la poésie peut s’inspirer d’images, de sons, d’odeurs, mais la rencontre et l’humanité sont ce qui la nourrissent d’abord. J’aimerais remercier du plus profond de mon cœur les gens qui ont participé à cette aventure de lanternes poétiques. Patricia Bergeron (médiatrice culturelle de la TOHU), Micheline Gravel (intervenante de milieu), Charles-Hugo Duhamel et toute son équipe (grand manitou de l’équipe terrain de LA FALLA), les falleros, Élodie Choqueux et toute l’équipe de la TOHU (coordonnatrice de LA FALLA) et surtout, les participants des HLM Des Carriers, Laure-Conan, Bruchési et Emmaüs. Merci pour votre générosité, votre ouverture et votre créativité.

Je laisse à chacun des HLM un poème inspiré de notre rencontre et je ne vous dis pas « au revoir », mais bien, à la prochaine…

HLM EMMAÜS
Lanterne de plumes 

Nous pensons que les choses que nous ne voyons pas n’existent pas. On ne visite pas les sites d’enfouissement pour croire que nos poubelles disparaissent comme par magie. On ne voit pas les réserves amérindiennes. On ne voit pas les carcasses d’animaux des abattoirs. On ne voit pas les rivières de pétrole déversé.

Mais les oiseaux voient tout du haut des airs.
Nos cockatiels ne sont pas aveugles.

Parfois je crois que je suis invisible moi-même. Ça me permet d’oublier mon visage. Ainsi vous ne voyez pas mon vernis écaillé. Vous ne voyez pas mes bas dépareillés. Vous ne voyez pas ma tristesse. Vous ne savez pas que j’aime mâcher la menthe de votre jardin. Derrière cette non-existence, je me déguise en oiseau pour voler la saison d’été. Un oiseau-parachute, porteur d’histoires, gardien d’une mémoire malléable et captive. Une mémoire gardée dans une boîte, ouverte au hasard d’une conversation. Sucres d’orge et souhaits s’envolent. Unisson.

****************************************

La semaine prochaine semblera vide sans vous. Jamais facile de faire le deuil d’une belle expérience intense de groupe. J’imagine que c’est un peu la même chose pour les falleros et les artistes professionnels qui ont travaillé sur la sculpture-structure. Comme un mélange de fierté de voir le travail accompli, de fatigue et de tristesse à cause de la fin.

Le lien vers la bande-son poétique qui accompagnait nos lanternes…

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/105470092″ params= » » width= » 100% » height= »166″ iframe= »true » /]

crédits de la bande-son:
textes
– Mon père ne chante plus – Franz Benjamin* dit par Marc
– Nikuss – Naomi Fontaine* dit par Denise
– Cultivo una rosa blanca – José Marti dit par Josephina
– L’odeur de feu des routes – Laure Morali* dit par Céleste
– Recette de bonbons d’orge de soeur Delia Marie dit par Annette
– Les silences du monde – José Acquelin* dit par madame Thi Thoan
– Le coeur de la terre – Shirley dit par Shirley
– Bruits du nord – Jean Désy* dit par Marcel
– Prière bouddhiste dit par Athi
– La terre de ma langue – Manon Nolin* dit par Nicole
– Le bruit de la vie – Joséphine Bacon* dit par Ginette
* avec l’autorisation de Mémoire d’encrier

voix
Avec les voix des aînés-lumières des HLM Des Carriers, Laure-Conan, Bruchési et Emmaüs et la participation de Franz Benjamin et de Joséphine Bacon

montage sonore
Chantal Bergeron LUNETTES ROSES à partir des enregistrements faits sur place, des oiseaux de Simon Dumas et d’échantillons sonores de freesound.org (4211__dobroide__fire-crackling, 17726_suonho_ELEMENTS_WATER_01_Underwater, 17729__royal__cavern-wind, 29585__willpio__coeur, 133424__gerardhadders__excavation)

****************************************

Difficile de dormir le soir venu lorsque t’a pris un oiseau mort dans tes bras, que t’as vu la fin d’un projet rempli de sens et que quelqu’un t’a parlé de sa propre mort, comme d’une éventualité non souhaitée, mais imminente. « La vie est plus forte que la mort », c’est certain, mais à la fin, c’est toujours la mort qui gagne. « Brûle FALLA brûle. Brûle FALLA brûle. » On verra ce qui naîtra des cendres…

2013-08-15 16.13.47Élodie, Denis, Orsen, Rooldjems, Ronald, Dave, Charles-Hugo, Jenny et Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *